Goma : le Choléra fait 4 morts sur 578 cas enregistrés, le manque d’eau potable pointé du doigt

0
210

Depuis une semaine la ville de Goma et le territoire de Nyiragongo sont frappés par l’épidémie de Choléra. Selon le gouvernorat, 578 cas sont déjà enregistrés dont 4 décès. Les centres de Santé publics et l’hôpital provincial offrent avec le soutien du gouvernement provincial et des partenaires, une prise en charge gratuite à tous les malades.

Les enfants sont les plus touchés. A Goma comme dans les villages du territoire des Nyiragongo, l’insuffisance en approvisionnement en eau potable est à l’origine de cette épidémie. La saison sèche est plus dure cette année que les populations souffrent pour avoir de l’eau potable, c’est un pire cauchemar pour les habitants du territoire de Nyiragongo qui n’attendent que la saison pluvieuse pour remplir leurs réservoirs. Ce territoire ne possède aucun cours d’eau et dépend à 100% de l’eau de pluie ; à part quelques villages proches de la ville de Goma qui reçoivent de l’eau de Goma par les efforts des ONGs internationales.

La ville de Goma est, elle-même victime du choléra par la même cause, la REGIDESO, incapable de fournir de l’eau potable à l’ensemble de la population, envoie les Gomatraciens à puiser directement l’eau du lac Kivu qui est utilisée très souvent sans purifiants.

Le Vice-gouverneur de province du Nord Kivu Feler LUTAYITSHIRWA se veut plutôt rassurant : « le gouvernement provincial rassure la population que la riposte à cette épidémie est en cours ; et cela en collaboration avec tous les partenaires dans le cadre du comité provincial de lutte contre le choléra».

La population a été appelée à observer un code de bonne conduite pour éviter cette maladie. «je demande à toute la population d’observer rigoureusement les mesures de précaution suivantes : consommer de l’eau de la REGIDESO ou de l’eau chlorée, consommer la nourriture chaude ou des fruits biens lavés, se laver correctement les mains au savon ou à la cendre avant de préparer, avant de manger, après avoir été aux latrines, après avoir échanger les linges de bébé et avant d’allaiter l’enfant. Garder les ménages propres en insistant sur le lieu d’aisance, amener vers le centre de traitement choléra le plus proche tous les cas suspects de choléra» A conclu le Vice-Gouverneur.

DJAFFAR AL KATANTY

SourceGlobalinfos
PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here