Mise en place du CNSA : «Une avancée pour l’organisation des élections», soutient André Alain Atundu

0
142

La majorité présidentielle (MP) dit accepter le choix porté sur les personnes de Joseph Olenghankoy à la tête du Conseil national de suivi de l’accord et du processus électoral (CNSA) avec comme vice-président, Adolphe Lumanu. Dans une déclaration faite dimanche 23 juillet, le porte-parole de la MP, André Alain Atundu Liongo, indique que l’installation de cette structure rentre dans le sens de faire baisser la tension et d’une «avancée dans l’organisation des élections».

«Nous constatons les faits. En toute logique, nous avons accepté cette proposition du Rassemblement et nous [MP], nous avons proposé pour le poste de vice-président, M. Lumanu et nous espérons que tout le monde aura suffisamment d’esprit d’ouverture pour apprécier à sa juste valeur cet acte», affirme-t-il.

Pour Alain Atundu, tout ce qui a été fait est réputé provisoire, en attendant le vote de la loi organique.
«Tout ce que nous faisons ici est réputé provisoire parce que c’est la loi qui va consolider notre choix», a fait savoir le porte-parole de la MP.

Le bureau du CNSA a été installé samedi 22 juillet, au cours d’une réunion présidée par le tandem Kengo-Minaku, respectivement président du Senat et de l’Assemblée Nationale. 28 membres composent cette structure. Le jour de l’installation, 22 membres s’étaient présentés pour valider leurs mandats. Les 6 autres mandats ne sont pas encore validés.

Processus électoral

Après la mise en place du CNSA, l’un de ses membres, le président de la société civile du Kongo-Central, Valentin Vangi, pense que la priorité est de faire l’état des lieux du processus électoral.

«Nous allons pousser pour que la priorité soit l’état de lieux du processus électoral. Il faut qu’on comprenne quel est le problème. Dès qu’on a fait l’état de lieux avec la CENI [Commission électorale nationale indépendante] et le gouvernement, nous allons voir ce qu’il faudra faire pour la suite du processus électoral», a annoncé Valentin Vangi.

D’après lui, le CNSA est «l’autorité morale de la CENI» et qu’il faudrait, ensemble, «faire l’évaluation du processus électoral pour mettre en place une feuille de route qui devra aboutir à l’organisation des élections transparentes et démocratiques.»

Selon Valentin Vangi, la RDC n’aura pas de stabilité politique, sociale et économique «si on n’a pas stabilisé notre démocratie.»

SourceRadio Okapi
PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here