RDC: UDPS, Bruno Tshibala en guerre contre Félix Tshisekedi et tacle Joseph Kabila

0
1483

Bruno Tshibala n’en a pas encore fini avec Félix Tshisekedi. Encore une fois, sur les antenne de RFI, il a montré sa hargne à voir le fils du Leader Maximo prendre la présidence de l’UDPS. est-ce pour le court-circuiter qu’il a convoqué le congrès de l’UDPS?

D’un ton ferme et sans équivoque, Bruno Tshibala tranche: « Je serai candidat compte tenu de tous les combats que j’ai mené. Plus de 36 ans de combat aux cotés du président Tshisekedi et bien d’autres. J’estime être à même d’offrir à mon parti le leadership nécessaire pour le conduire aux échéances électorales à venir. »

mais, il y a un hic. Le vendredi 3 mars, Bruno Tshibale le secrétaire s’est s’opposé à l’élection du duo Pierre Lumbi-Félix Tshisekedi à la tête du Rassemblement en lisant la déclaration qui a porté Joseph Olenghankoy à la présidence du Conseil des sages de l’aile dissidente du Rassemblement. Pour l’UDPS, il s’est agi ni plus ni moins « d’un acte de trahison  tendant à remettre en cause le leadership au sein de l’Udps et du Rassopp ». Tshibala venait par cette prise de position de « s’auto-exclure » du parti.  Il lui a aussi été interdit  Bruno d’utiliser la dénomination, les insignes et le logo du parti, ni de parler au nom de l’Udps.

Bruno Tshibala balaie cette décision du revers de la main: « Je suis corédacteur avec le président Tshisekedi des statuts qui régissent le parti. Je connais ces statuts comme je connais ma poche. La sanction d’auto-exclusion n’existe pas. » Sur un ton plein d’arrogance de lancer: « Il ne s’agit pas d’une exclusion mais d’une ânerie. » Ça, c’est du Brutshi!

Pince sans rire, il confirme sa position au sein du parti: « Je suis et je reste secrétaire général adjoint près le président du parti et porte-parole du Rassemblement »

Et quand on lui dit que pour la plupart de militants, Félix Tshisekedi est considéré comme le successeur d’Etienne Tshisekedi, Bruno a sa propre lecture des faits. Pour lui, « dans une démocratie, on ne peut pas accepter un système de népotisme où un fils remplace son père. Ça, c’est le pouvoir coutumier. »

Bruno Tshibala sait très bien que Joseph Kabila avait pris la place  de son père après l’assassinat de ce dernier. En collaborant avec lui, ne sait-il pas aussi placer sous l’empire du « pouvoir coutumier? »

Sourcelexclusif.nfo
PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here