Afin de prévenir le “pire”, la CENCO chez SASSOU

0
193

La répression de la marche pacifique des chrétiens du 31 décembre continue d’être d’actualité. Conduite par son président, Mgr Utembi, une délégation de la CENCO s’est rendue à Brazzaville s’entretenir avec le président Dénis Sassou Nguesso, président de la CIRGL et chargé du suivi du mécanisme paix et sécurité en RDC et dans la région des Grands Lacs, pour lui en parler et chercher des voies d’issue. 

“Heureux les artisans de la paix car ils seront appelés fils de Dieu” dit les béatitudes. Préoccupés par la situation explosive qui peut arriver dans leur pays, les évêques de la CENCO se sont rendus au Congo-Brazza pour solliciter la médiation du président congolais afin de détendre le climat en RDC. “Si l’on n’y fait pas trop attention, si on prend à la légère la situation, on risque de vivre le pire”, a dit l’abbé Nshole, porte-parole de l’épiscopat de la RDC.

La profanation des églises catholiques par les forces de l’ordre et la répression dans le sang de la marche pacifique des chrétiens du 31 décembre ont choqué l’opinion nationale et dévoilé le caractère sanguinaire du pouvoir de Kinshasa. Cette marche avait pour objectif la demande d’application des mesures de décrispation exigées par l’Accord de la Saint-Sylvestre et la déclaration du président Kabila de ne pas se présenter à la prochaine présidentielle. A propos, le nonce apostolique avait déjà prévenu que d’autres marches seraient encore “probables”. La CENCO ne voudrait pas en arriver là.

Les évêques de la CENCO sont soucieux de prévenir d’autres confrontations entre laïcs et forces de l’ordre à la solde du pouvoir afin d’aller aux élections dans un climat apaisé. Ils ont trouvé utile d’impliquer des intermédiaires, dont le président congolais, pour détendre le climat: “Dans le cadre de la coopération internationale, les frères, amis, voisins de la RDC peuvent apporter quelque chose dans la perspective de satisfaire les aspiration du peuple congolais. C’est pourquoi il ont pensé rencontrer le président Sassou (…), pour partager avec lui leur conviction à savoir la mise en œuvre complète de l’accord qui a été signé dans la perspective d’arriver aux élections tel que prévu par le calendrier publié dans un contexte décrispé afin d’obtenir des élections libres, transparente et ça sera la fin de la crise”, s’est confié l’abbé Nshole à la sortie de l’audience.

La CENCO avait été invitée par le président Joseph Kabila pour conduire les négociations entre le pouvoir, l’opposition et la société civile qui ont abouti à la signature de l’accord dit de la Saint-Sylvestre dont les conclusions n’ont pas été respectées par la Majorité présidentielles. Les évêques ont toujours eu l’impression d’avoir été utilisés par le pouvoir pour berner l’opposition et les Congolais.

Sourcelexclusif.info
PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here