RDC : Plusieurs morts dans une mine d’or à Walungu

0
164

Quatre corps d’exploitants artisanaux – creuseurs – ont été repêchés ce vendredi 10 août 2018 dans un puits minier appelé Nabirangahya non loin du village de Kadi. Selon des sources sur place, plus de vingt autres corps sont encore coincés dans ce puits depuis plusieurs heures. Nabirangahya est un village situé dans le sous groupement de Cagala, groupement de Kaniola, chefferie de Ngweshe en territoire de Walungu au Sud-Kivu.

Le puits de Nabirangahya est connu pour l’exploitation de l’or et est fréquenté par plusieurs exploitants artisanaux venus de plusieurs villages comme Kazimu, Cagala, Lubona. Il se situe dans les environs du site aurifère de Nyamurhale, un site de production d’or au Sud-Kivu qui met en œuvre un projet pilote de traçabilité de l’or et qui est exploité par la coopérative minière et agricole de Ngweshe (COMINGWE).

Selon Karazo Innocent, chef de groupement de Walungu, ces personnes sont mortes par asphyxie des suites d’une panne survenue sur une motopompe chargée d’alimenter le puits en oxygène. Selon lui, les corps de ces quatre personnes repêchées ce vendredi sont ceux de creuseurs qui voulaient secourir leurs collègues qui étaient déjà portés disparus.

« C’était  aux environs de 14 heures, ce jeudi 9 août. Des exploitants artisanaux qui étaient dans un puits d’environs 25 mètres de profondeur ont vu leurs collègues qui étaient encore plus bas, tomber. Lorsqu’ils ont voulu aller les sauver, ils sont eux aussi tombés. Ce scénario montre bien qu’il n’y a pas eu éboulement mais plutôt un manque d’oxygène. C’est vers 17 heures que des gens autour ont constaté qu’il y avait un problème et ont directement alerté les autorités. Pour le moment, nous tentons de repêcher les corps des creuseurs qui sont encore coincés à l’intérieur du puits ».

Ce vendredi matin, il était possible de voir à l’intérieur du puits les torches de ces creuseurs disparus. La police des mines et d’autres creuseurs ont tenté en vain de chercher une motopompe et un compresseur pour envoyer de l’oxygène à l’intérieur du puits afin de récupérer les autres corps encore coincés à l’intérieur.

« En attendant qu’un compresseur et qu’une motopompe arrivent en provenance du site minier de Nyamurhale, nous avons mobilisé les populations des villages de Kadi, Nabirangahya et Cagala pour qu’elles commencent à creuser petit à petit afin d’essayer d’extraire les corps du puits », poursuit-il.

Face à cette nouvelle tragédie, il est urgent d’améliorer les mauvaises conditions de travail dans les sites miniers artisanaux d’or mais aussi de coltan et de cassitérite.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here